Coeur De Marie Expository Essays

On By In 1

Dicentra spectabilis, Dicentra cucullaria

Le Cœur de Marie ou encore Cœur-de-Jeannette ou Cœur-Saignant (Lamprocapnos spectabilis, anciennement Dicentra spectabilis) est une plante vivace de la famille des Papavéracées, cultivée pour ses fleurs roses et blanches très décoratives.

Anciennement de la famille des Fumariaceae.

Caractéristique[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une plante d'ornement ne dépassant pas 70 centimètres de hauteur, vivace à bulbes, au feuillage caduc, cultivée en massifs, en bordures ou en jardinières surtout pour ses très belles fleurs printanières en forme de cœur, rouges, roses ou blanches.

Culture[modifier | modifier le code]

La multiplication de la plante se fait par semis des graines avant qu'elles ne se dessèchent ou par division de préférence en fin d'automne ou tôt au printemps.

Les pucerons, limaces et escargots se nourrissent parfois des feuilles de cette espèce.

D'origine asiatique, il en existe une vingtaine de variétés que l'on peut acheter chez les pépiniéristes spécialisés. Plusieurs cultivars ont été sélectionnés :

  • « Alba », à fleurs blanches,
  • « Goldheart », un cultivar relativement nouveau mis au point au Jardin Hadspen en Angleterre et lancé en 1997 avec des fleurs fuchsia qui tombent de la tige dans une rangée, et le feuillage jaune qui devient vert lime à la mi-été.

Le contact avec la sève de cette plante peut provoquer une irritation de la peau chez certaines personnes en raison de la présence d'alcaloïdes de type isoquinoline.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


 
Aussi appelée Dicentra spectabilis, c’est cette espèce qui correspondra le mieux à son qualificatif mais il en existe bien d’autres ...

1. Description

Cette plante vit à l’origine en Chine, en Sibérie et en Corée, c’est dire sa résistance naturelle aux hivers froids. Elle fait partie de la famille des papaveracées tout comme les célèbres pavots d’Orient.

Au niveau morphologique, il est important de savoir que le Cœur de Marie a un cycle végétatif assez court dans l’année. Il sort de terre vers fin mars, pour fleurir ensuite, avant de rentrer en repos végétatif dès juillet/août. C’est pour cela que le feuillage jaunira naturellement à partir de cette époque.

Le Cœur de Marie est relativement fin et très découpé, c’est pour cela qu’une touffe adulte pourra occuper plus de 50 cm² au sol pour presque un mètre de hauteur mais ces dimensions varient bien entendu d’une espèce à l’autre.

Pour parler de la floraison, c’est elle qui donnera tout son sens à la plante. Pour l’espèce spectabilis, les fleurs se déploieront de mai à juin, tout le long des tiges surmontant le feuillage. C’est leur forme en cœur de couleur rouge, rose et blanc qui lui confèrera cette popularité. Au fur et à mesure de leur épanouissement, elles auront tendance à s’ouvrir par l’intermédiaire de deux petits éperons formant une sorte de jupe sur la fleur.

Cependant, cette beauté cache une toxicité tant sur les fleurs que sur les feuilles. Le Cœur de Marie n’est pas pour autant mortel mais fera apparaître des maux d’estomac ou éruptions cutanées si un contact se fait entre la sève et les muqueuses ou la peau.

2. Les autres espèces de Dicentra

3. L’achat

Comme vous l’avez sans doute compris, le cycle végétatif court de cette plante vivace fait qu’il sera très compliqué de vous en procurer en été, en automne et en hiver. Seuls quelques hybrides à floraison estivale feront office d’exception car tous les dicentras ne fleurissent pas au printemps.

Le véritable Cœur de Marie sera présent en rayon de mars à juin, en godets ou en potées.

Vous pourrez aussi trouver, en sachet, des fragments de rhizome sur la période hivernale en même temps que les bulbes d’été.

4. La culture de la plante

4.1 La plantation

Où ? 

La faible durée de vie du feuillage au cours de l’année fait qu’il est préférable de planter les Cœurs de Marie en pleine terre. Installez-les au cœur des massifs de façon à recréer l’ambiance de sous-bois lumineux qu’elles aiment tant. Sachez qu’une fois plantés, les dicentras n’aimeront pas être dérangés, c’est pour cela que vous devrez les planter de façon définitive.

Dans quelle exposition ?

Les dicentras sont des plantes au feuillage fragile et plus adaptées à des conditions froides que trop chaudes, c’est pour cela que leur plantation ne pourra se faire qu’à mi-ombre dans beaucoup de régions. Evitez les endroits trop ensoleillés surtout entre 11 h et 14 h car cela pourrait brûler leur feuillage.

Les dicentras affectionnent aussi les situations relativement confinées et redoutent les vents forts ou secs qui écartent leur touffe et les rendent inesthétiques.

Dans quel sol ?

Tout comme beaucoup de plantes vivaces de sous-bois lumineux, les Cœur de Marie préfèreront les sols drainés mais frais et relativement riches en humus. Evitez ainsi les sols trop lourds, argileux ou calcaires en excès. Ce qu’il faut retenir c’est que la fraîcheur du sol permettra de leur conférer un aspect frais et gracieux beaucoup plus longtemps !

À l’inverse, elles ne supporteront en aucun cas la sécheresse.

Quand ?

La plantation est recommandée tôt au printemps, en prenant tout de même garde aux gelées tardives, pour les sujets tout juste sortis de serre. L’idéal est de les planter lorsqu’ils sont tout juste en boutons végétatifs de manière à ce qu’ils puissent s’installer rapidement et ainsi offrir dès la première année une belle floraison.

Comment ?

Il n’y a rien de plus simple que de planter un Cœur de Marie surtout si vous avez déjà déterminé le bon emplacement. Ameublissez simplement la terre superficiellement tout en y incorporant un peu de terreau et quelques poignées de fertilisant organique. N’oubliez pas de prévoir un drainage de billes d’argile au fond du trou si toutefois votre terre était trop lourde et asphyxiante.

Une fois la plantation terminée, épandez un paillis organique comme du broyage de branches ou des paillettes qui conserveront la fraîcheur du sol et l’enrichiront en humus au fur et à mesure de leur décomposition. Cet apport sera ensuite renouvelé chaque année en sortie d’hiver.

4.2 L’entretien

L’arrosage

Rappelons-le, les Cœur de Marie n’aiment pas l’humidité en excès mais ont tout de même besoin d’un sol frais surtout au printemps, c’est tout un dilemme qui se pose pour le jardinier.

Si elle est plantée dans les bonnes conditions, la plante pourra très bien vivre sans apports supplémentaires une fois implantée. La première année sera bien sûr différente car les racines ne seront pas suffisamment enterrées pour capter l’humidité en profondeur. Apportez donc au moins un arrosoir d’eau de pluie par semaine tout en évitant d’arroser le feuillage pour ne pas favoriser le développement de maladies cryptogamiques (maladie causée à une plante à cause d’un champignon).

La fertilisation

Avec un aspect assez frêle, les dicentras doivent pouvoir pousser à leur rythme et non pas être forcés par une fertilisation trop abondante. Si tel était le cas, leur croissance serait accélérée en hauteur, les rendant ainsi plus fragiles. Utilisez alors des fertilisants organiques qui se décomposeront dans le sol avant de pouvoir être absorbés par la plante. La corne broyée ou un engrais en granulés organiques feront tout à fait l’affaire pour un apport en chaque fin d’hiver.

La taille

Aucune taille n’est à prévoir, si ce n’est l’évacuation du feuillage mort, chaque année en automne.

Les maladies et ravageurs

Les problèmes n’apparaissent qu’assez rarement sur les dicentras même si leur aspect fragile pourrait vous faire penser le contraire. Evidemment, certains ravageurs ne se font tout de même pas prier pour venir grignoter leurs jeunes pousses malgré leur toxicité. C’est le cas des limaces et escargots par exemple. Pour les déloger, évacuez-les à la main ou épandez des granulés de Ferramol.

En ce qui concerne les maladies, ce sera couramment l’oïdium ou le botrytis qui pourront s’installer. Ces deux champignons sont responsables de nécroses blanches ou noires sur le feuillage. Pour les évitez, prenez soin de ne pas arroser la plante directement sur le feuillage ou de planter d’autres vivaces trop serrées car l’air aurait du mal à circuler au cœur de la touffe. L’ambiance trop confinée ajoutée à avec une forte humidité ferait apparaître ce fameux botrytis.

La multiplication 

Comme la division de touffe est très compliquée du fait que la plante n’aime pas être délogé, vous devrez plutôt vous diriger vers des méthodes de multiplication comme le semis ou le bouturage de racines.

Ces deux méthodes se réaliseront en début de printemps lorsque la plante reprendra de la vigueur. Evidemment, le semis résultera de la récolte des graines de l’année passée après avoir laissé les fleurs produire des semences.

Le bouturage de racines mettra, quant à lui, en avant la ‘totipotence’ des cellules végétales. Clairement, il s’agit de la capacité de n’importe quelle cellule végétale à se différencier en tout autre cellules comme les cellules souches capable de reformer du feuillage puis un nouvel individu. En pratique, sélectionnez un tronçon d’environ 5 cm de racine charnue sur le pourtour de la touffe sans la déterrer. Procédez ensuite à un bouturage à l’étouffé jusqu’à ce que la racine émette les premières feuilles.

Les bonnes associations

Pour être mis en valeur, le Cœur de Marie devra être surmonté par des arbustes dégarnis à leur pied et associé a des plantes vivaces plus basses, persistantes ou caduques. Vous pourrez choisir en l’occurrence pour les arbustes, les physocarpus, stachyurus parecox, chimonanthus ou encore acer palmatum.

Parmi les plus belles associations, les vivaces possibles seront les Géraniums vivaces, lamiastrum, heuchères, fougères, parahebe, cyclamen coum, muguet, anémones pulsatilles ou encore hostas.

 

0 comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *